Quand « compléter » évite les études…

Le temps des vacances est officiellement révolu depuis quelques semaines déjà. La rentrée scolaire a aujourd’hui modifié la routine estivale de bien des familles. Que ce soit au primaire, au secondaire, au collégial ou à l’université, bien des jeunes repartent sur les bancs d’école pour « compléter des études ». Que dis-je, « compléter des études »? Non, faire des études!
En effet, le verbe compléter ne doit pas être employé à toutes les sauces. On ne « complète » pas des études – on le sait –, on fait des études. On ne « complète » pas des commandes, on exécute des commandes. On ne « complète » pas des formulaires, on remplit des formulaires. On ne « complète » pas un accord, on conclut un accord. On ne « complète » pas un mandat ou une mission, on accomplit un mandat et une mission. Et on ne « complète » pas un projet, on réalise un projet.
En fait, lorsque le verbe compléter est utilisé dans le sens de « remplir » ou de « faire », d’ « exécuter », de « réaliser » et d’ « accomplir », c’est un anglicisme. Le verbe compléter ne devrait prendre le sens que de « rendre complet ce qui est incomplet », d’ « achever », de « terminer ». Cela dépend donc en grande partie du contexte.
Sur cette petite réflexion, je vous souhaite une bonne année scolaire ou une bonne école de la vie!

Article édité la première fois le 29 août 2012/ Mention de provenance de l’image libre de droits : Freeimage
2 Commentaires
  • Pierre Lincourt
    Publié à 20:56h, 19 septembre Répondre

    Vous avez très bien fait le tour de la question. C’est “complet” !

  • Alain Bélanger
    Publié à 14:53h, 21 septembre Répondre

    Excellent rappel! J’espère que l’OQNPLF (l’Office québécois de la non-protection de la langue française;-) ne décrétera pas que cet “emprunt à la langue anglaise” deviendra acceptable!

Écrire un commentaire